Êtes-vous un Insecure Overachiever ? – Umanz

Êtes-vous un Insecure Overachiever ?

Hyper capables, hyper ambitieux, hyper disciplinés et hyperanxieux ? Les “insecure overachievers” représentent une aubaine pour les entreprises et les RH.

Constamment dans la “preuve”, dans la démonstration qu’ils en font assez, ils sont fréquemment victimes du syndrome de l’imposteur.

Laura Epson auteur de Leading professionnals  a identifié le terme il y a quelques années. L’insecure Overachiever se retrouve fréquemment parmi les cohortes de diplômés de MBA. Ce sont souvent des managers qui donnent énormément aux entreprises d’élite qui les abritent en termes de temps et d’intensité. C’est aussi une population que l’on rencontre en plus large proportion dans les cabinets d’avocats, les cabinets de conseil et les banques d’affaires.

Des lieux où il est bien vu de ne pas compter son temps…

La fureur d’exceller

Souvent “l’insecure overachiever” coche toutes les cases du parfait petit leader. Il dévore la presse, lit les livre de management, va aux conférences.

Il a également tendance à être trop flexible sur la porosité vie privé-vie professionnelle. Car ce qui le fait avancer est souvent cette sourde angoisse de ne jamais en faire assez et ce sentiment permanent de ne jamais arriver…Dans les milieux de type “Up or Out” il devient donc corvéable à merci et, dans les métiers du conseil, l’insecure overachiever peut très vite se transformer en sujet  éminemment exploitable à la merci des clients.

La rançon de l’anxiété

La face cachée des Insecure overachievers biberonnés à l’adrénaline c’est souvent l’anxiété et la dépression explique Mora Aaron Meles auteur de Hiding in the Bathroom et d’un Podcast sur le sujet.

Pour elle, le syndrome de l’insecure overachiever serait fortement ancré dans des périodes clés de fragilité et d’incertitude de l’enfance et d’un rapport aux parents conditionné par l’excellence.

Redéfinir le succès

Sortir par le haut de sa condition permanente d’Insecure Overachiever consiste donc d’abord à accepter et intégrer son anxiété. Elle implique également de redéfinir les conditions du succès et d’arrêter de placer la barre toujours plus haut. Un véritable aggiornamento pour les Insecure Overachievers en sprint permanent.  Car pour l’Insecure Overachiever, la première étape consiste à réaliser qu’il est le seul à pouvoir définir ses critères de succès.

Parfois cela passe par le courage de quitter un job ou une profession qui le consume. 

Cela requiert enfin l’acceptation d’un autre regard sur soi, hors du statut, de l’argent et de la marque…Autant de carapaces difficilement amovibles chez les Insecure Overachievers.

Et in fine, l’ultime et le plus difficile dépassement de soi…

Sur le même sujet lire également :

“Linky Brains” ? Qui sont ces cerveaux hyperconnectés

 

Génération flux : splendeur et misère des leaders nomades