Un artiste – Umanz

Un artiste

Bob Lefsetz est l’un des critiques musicaux les plus célèbres aux US. Vénéré ou redouté par les artistes et l’industrie musicale, sa lettre Lefsetz et ses PodCast sont reconnaissables entre tous par leur ton sans concession, une authenticité palpable et des sorties mémorables. En Bref, Bob Lefsetz prend rarement des gants. Il dit ce qu’il pense.

Il y a quelques semaines dans un texte mémorable, il a écrit ce qu’était un artiste. Une ode aux artistes et un texte percutant qu’il a accepté que nous traduisions et publions en Français sur Umanz qu’il en soit infiniment remercié :

 

“Un artiste

Souffre des réactions négatives.

Prend régulièrement des risques.

Ne crée pas pour nourrir le public, mais pour se nourrir lui-même.

Crée parce qu’il en a besoin.

Travaille sans penser au public.

Sait qu’il sera souvent en avance sur le public.

Sait ignorer ses critiques les plus virulentes. On critique généralement plus de la personne que l’oeuvre

Sait que le public a des attentes, mais ne se soucie pas de les satisfaire.

Est prêt à se ruiner.

Sait que plus tu en sais, plus tu pratiques depuis longtemps, plus c’est difficile, même si tu es beaucoup plus compétent.

Réalise que se jeter à l’eau est la première étape et que la plupart des gens ne sont pas prêts à le faire.

Est prêt à apprendre.

Sait que l’inspiration crée un meilleur travail, mais que parfois la création engendre l’inspiration. En d’autres termes, une fois que tu as graissé les rouages, tu peux recevoir l’inspiration de quelque chose de grand.

Sait que ceux qui répondent en premier sont ceux à ignorer.

Sait qu’il n’est pas une marque. Les marques sont cohérentes, les artistes ne le sont pas.

A besoin de se développer. Dès qu’il arrête de faire ça, ils est mort.

Est frustré mais continue.

Se met en colère mais ne répond pas.

Sait que les plus ardents défenseurs sont ceux qui se taisent.

Finit.

Est assez malin pour savoir qu’il n’est pas toujours le meilleur juge de son travail.

Doit créer, sinon il risque la dépression.

Est intériorisé. A la limite, ils peut s’identifier à un autre artiste.

Est membre d’une tribu distincte. Le public peut apprécier le travail, mais ne peut jamais vraiment comprendre le germe de la création. 

Parle à travers son travail.

Son travail n’a pas besoin d’explication, il est autonome.

Est prêt à changer. Les grands réinventent, les moyens se reposent sur leurs lauriers.

Défie son public régulièrement, s’il ne reçoit pas un mélange de commentaires, positifs et négatifs, il ne fait rien de bien.

Sait que l’exécution est secondaire par rapport à l’inspiration. Ce n’est pas parce que quelque chose est achevé que c’est de l’art.

Engloutit les informations dans son domaine. Non pas tant pour connaître la concurrence, mais pour se plonger dans le domaine artistique dans lequel ils s’aventure. Les écrivains lisent. Les peintres vont dans des galeries. Les musiciens écoutent de la musique.

Sait que l’art s’apprécie dans un contexte. Et qu’en contestant le contexte, les gens ne peuvent souvent pas comprendre ce que tu fais et le critiquer.

Sait que s’il écoute tous les commentaires, il ne pourra pas créer du tout.

Que son meilleur travail est fait quand il est dans la zone. Il ne peut pas être créé artificiellement, c’est quelque chose que l’on ressent, pas quelque chose que l’on peut expliquer.”

Bob Lefsetz