Les accélérations du ralentissement – Umanz

Les accélérations du ralentissement

 
La manière dont nous intériorisons individuellement cette période définira nos comportements lorsque nous atteindrons le paroxysme de la crise économique.
 
L’étymologie du mot « crise » en latin renvoie au moment paroxystique d’une maladie. L’étymologie grecque, elle, réfère à la notion de décision. Il ne s’agit nullement d’un double sens mais précisément d’un moment de vérité, où les décisions prises, permettront ou non de vaincre la maladie. C’est l’enjeu auquel sont confrontés les dirigeants d’entreprise aujourd’hui avec le risque réel de voir nombre de start-ups, de PME mais aussi de plus grandes entreprises disparaître. Les données Forrester sur la perception de la crise par les employés et les consommateurs tendent à montrer que les français, quoique inquiets, sont les moins inquiets en Europe de la récession qui s’annonce. C’est probablement en raison du dispositif de chômage partiel qui protège psychologiquement les salariés mais les isole aussi dans une « bulle » selon Raymond Soubie dans une interview aux Echos.

Les conséquences distantes

Les conséquences probables à court terme sont plus ou moins connues : fragmentation accrue de la société en fonction des pertes d’emplois ou de pouvoir d’achat, massification du télétravail, accélération du e-commerce, digitalisation accrue qui favorisera les plateformes généralistes et les acteurs de niche en B2B, automatisation et robotisation malgré la redécouverte de la valeur des emplois essentiels de service en caisse ou en entrepôt, impact dramatique pour les pays dépendant du tourisme de masse…A moyen-terme, il reste cependant très difficile d’anticiper les conséquences de cette crise, tant les scénarii d’évolution macro-économiques dépendront de choix encore plus politiques. Nous sommes à un moment charnière où la crise économique et sociale va à la fois accélérer la montée des populismes déjà latents et polariser à l’extrême les citoyens autour de l’évolution probable du capitalisme. La montée en puissance du chômage de masse aux Etats-Unis (près de 25% de chômeurs fin 2020 selon la Fed elle-même) souligne crûment les limites du modèle néo-libéral et l’absence de l’Etat-providence. La remise en cause des libertés publiques au nom de l’efficacité technologique souligne à l’inverse le risque que fait courir à nos démocraties l’évolution du capitalisme chinois. L’Europe, déjà affaiblie par le Brexit, va devoir se réinventer, pour définir un modèle plus social, plus écologique, plus fédéral, où l’innovation technologique sera au service du bien commun. Allons-nous à moyen terme vers les sombres années 30 qui ont suivi la dépression de 1929 ? Ou allons-nous à l’inverse vers les excès de consommation et la créativité culturelle des Années Folles qui avaient marqué la fin de la première guerre mondiale et de l’épidémie de grippe espagnole ? L’histoire ne se répète jamais à l’identique mais à nous de tirer les leçons du passé. Pas si sûr.
 
Comme le disait récemment la philosophe Marilyn Maseo, « ce qu’on apprend au milieu des fléaux, rien qu’on ne savait déjà, c’est-à-dire la somme colossale de tout ce qu’on n’a pas pu retenir. Qu’espérer un monde nouveau, c’est désespérer du seul qui nous est donné ».

Fragmentations générationnelles

La question principale reste selon moi l’incertitude liée à la façon dont chacun de nous intériorisera cette période et réagira dans plus plusieurs mois lorsque nous atteindrons le paroxysme de la crise économique et sociale. Il est probable que pour certains le confinement soit associé à une période très négative et qu’ils préfèrent abandonner certains comportements initiés sous la contrainte. A l’inverse, d’autres vont s’exaspérer de la période d’inertie et d’attentisme qui va durer jusque septembre. Quand les derniers seront véhéments avec la transition qui s’ouvre et durera de la rentrée jusque probablement à la mi-2021 au moins. Les réactions des générations seront probablement très variables et liées à l’identité multiple de chacun. Personnellement, je suis d’une génération dont les premiers souvenirs politiques forts remontent à la génération Mitterrand et sont liés à la chute du mur de Berlin ? Quid des jeunes générations nées avec le mobile, les visioconférences, marquées par le terrorisme et une nouvelle conscience écologique ? Quid de la génération de mes parents dont les consciences
quotidiennes ont été marquées par la fin de la 2 ème guerre mondiale, l’opposition entre le bloc communiste et les sociétés libérales, ou mai 68 ? Les attentats du 11 septembre 2001 ont bien montré que nous avons accepté des limites à notre liberté pour une meilleure sécurité collective.
 
La façon dont nous intégrerons individuellement la privation de liberté liée au confinement et la moindre consommation de biens non essentiels va redéfinir à terme non seulement notre manière de socialiser et de consommer, mais plus généralement la société que nous bâtirons ensemble demain. Il est malheureusement probable que la perte de pouvoir d’achat réduira significativement les velléités de construire un monde d’après, plus porteur de sens et de valeurs, pour les employés comme pour les consommateurs. L’expression même commence à lasser et certains commencent à réaliser que les mauvaises habitudes risquent de rapidement
prendre le pas sur les bonnes résolutions. Sans être pessimiste et prévoir une gueule de bois ou un retour à la réalité, j’avais déjà alerté sur le fait que nous sortions du confinement pour entrer dans la crise.
 
Cela dit, restons optimiste, comme toute crise, elle accélère les mutations en cours, met en lumière les failles et les inégalités existantes, mais elle est aussi une opportunité de se recentrer sur l’essentiel et de changer de direction.
 

 
Thomas Husson est Vice-Président et principal analyste chez Forrester. Forrester est un cabinet
d’études et de conseil indépendant, qui accompagne de nombreuses marques à anticiper les
attentes des consommateurs et les évolutions technologiques pour améliorer l’expérience client.