La nature peut-elle changer le Leadership ? – Umanz

La nature peut-elle changer le Leadership ?

 

“Le monde que nous avons construit est si dramatiquement différent de la façon dont la nature fonctionne […] Nous avons besoin d’un nouveau modèle de leadership ”

Andres Robert est le fondateur de Way of Nature et du Bio Leadership project destiné à réinventer le rapport de l’homme à la Nature. A l’occasion d’une conférence TED il a expliqué les fondements d’un nouveau leadership issu de ses propres expériences d’immersions dans la nature. 

La première étape consiste à regarder en face l’ancien modèle fait d’hyper croissance, d’extraction, d’hyper consommation, de contrôle et de “Winners Takes All”. Dans ce modèle nous considérons le monde comme une machine et non une chose vivante et exceptionnelle.

“La nature optimise, nous maximisons”

La nature est compétitive admet Andres Roberts mais elle recycle et maintient l’équilibre de l’ensemble.

Et que nous apprend la nature ? La nature marche par cycles, elle optimise, elle régénère et établit une multitude de liens interdépendants qui garantissent la résilience de l’ensemble.

Nous devons importer ses principes dans nos comportements pour faire bifurquer notre société.

Beaucoup de gens et de sociétés ont déjà commencé à changer, appliquer de nouveaux principes, il suffit de les mettre en lumière.

 

Le Bio-Leadership : Une façon de reconnecter notre façon de travailler à la nature 

Le Bio Leadership propose trois principes. 

  • Un redesign “Naturel” des organisations a l’exemple de Guayaki  qui a conçu sa société de produits de Maté comme une véritable entreprise re-générative pour la forêt vierge et ses communautés, le festival musical Shambala  au UK qui a pour principe -ambitieux- de ne pas prendre de décisions qui pourraient affecter les sept génération suivantes, Extinction Rebellion  qui a défini un ensemble de codes et permet à chacun de ses chapitres locaux de les adapter en fonction de leurs particularités régionales ou Patagonia, pionnière du genre dont la raison d’être est simple et puissante : “Notre entreprise existe pour sauver notre planète.”

 

“Si nous changeons ce que nous mesurons, nous changeons le monde” insiste Andres Roberts

 

  • Développer de nouveaux talents. Le changement n’arrive pas en poussant mais en laissant de la place, en prenant du recul. Le soin, la gentillesse et la curiosité comptent. Dans ce monde VUCA, les nouvelles qualités, les nouveaux talents à développer sont la conscience systémique, la résilience et l’adaptabilité, la connexion et l’amour.

 

  • Ne pas le faire seul : Il faut créer un nouveau réseau de connexions, d’histoires, de personnes capables de déployer ces nouvelles façons de vivre le monde dans la société. Il faut créer de nouvelles communautés de pratiques et d’écoles aussi pour enseigner ces nouvelles façons d’être.

Croire en l’émergence

L’émergence est l’un des produits les plus magiques de la nature, elle crée en permanence de nouvelles combinaisons. De nouveaux organismes vivants, utiles, inédits et hybrides. 

Nous vivons une époque où nous ne voyons pas le bout de chemin, où nous avons du mal à envisager des solutions, il faut croire que quelque chose de plus beau peut émerger. C’est la plus belle des innovations humaines sur lesquelles nous pouvons travailler. Nous sommes la première génération à devoir définir le leadership au nom de notre planète mère. Si nous réussissons cette histoire ce sera la plus belle histoire humaine jamais racontée. 

Il faut croire en ce principe conclut Andres Roberts.