“Aujourd’hui ce que je ne veux plus c’est”….Le syndrome des candidats après 40 ans – Umanz

“Aujourd’hui ce que je ne veux plus c’est”….Le syndrome des candidats après 40 ans

Tous les chasseurs de tête vous le diront, leur cabinet est régulièrement envahi de cadres de 35 à 40 ans capables de parler pendant une heure de ce qu’ils ne veulent plus faire mais incapable de définir ceux qu’ils veulent.

Voilà 7 conseils pour arriver préparés et parvenir à soulever les paupières et le regard attentif de vos chasseurs de tête préférés :

1- Arrivez avec un vrai projet ! Vous avez réfléchi avant le rendez vous à vos atouts et à vos faiblesses, vos succès, vos échecs et vous avez défini précisément ce que vous voulez/pouvez faire dans les 3 ou 5 prochaines années.

2- Arrêtez de vous plaindre. Même les plaintes déguisées, les chasseurs remarquent à 10.000km à la ronde. Exemple : “ A 37 ans, j’ai estimé qu’il était un peu temps de sortir des feuilles Excel”…Qui peut te garantir que tu ne toucheras plus une feuille Excel de ta vie ? Réfléchissez, c’est quand la dernière fois que vous avez personnellement recruté un candidat qui se plaignait ?

3- Identifiez trois sociétés qui vous passionnent et évitez les portes ouvertes du genre. “Moi, vraiment les sociétés qui me fascinent c’est Apple, Google, Facebook et Amazon…” Faites votre travail, venez avec des cibles précises et argumentées au pire vous donnerez aux chasseurs quelques idées lucratives.

4- Arrivez avec des défauts vrais et originaux. Arrêtez le bullshit, non vous n’êtes pas “Obstiné” non vous “n’aimez pas perdre”. L’introspection des qualités comme des défauts est la vraie marque des leaders.

5- Soyez ouverts…Ne vous interdisez aucun secteur ou taille d’entreprise. Le chasseur a le doigt sur le pouls du marché. Ne négligez aucune future source de croissance et de développement personnel.

6- Sachez que les stats sont rarement à votre avantage. Mettez toutes les chances de votre côté. Les chances d’obtenir un job via un chasseur de tête ne sont que de 1 sur 12…

7- Ne bulshittez jamais et ne vous faites ni plus gros ni plus important que vous n’êtes: Il y a de fortes chances que le recruteur ait déjà rencontré vos collègues, votre patron, vos collaborateurs directs. Si ce n’est pas vrai évitez  ce genre d’impair type : “La totalité de la transformation digitale était rattachée à mon poste”…Ou Tom Hopkins m’était rattaché quand c’était juste votre Boss matriciel…

Merci

Les Headhunters anonymes