"Comment je me parle à moi-même" par Elizabeth Gilbert – Umanz

“Comment je me parle à moi-même” par Elizabeth Gilbert

C’est comme ça que je me parle à moi-même parfois, je me dis : “Je ne sais pas pourquoi c’est toi qu’ils m’ont donné. Je ne sais pas pourquoi ils m’ont donné à m’occuper de toi, mais ils l’ont fait. Ils m’ont fait tomber dans ton corps. Ils m’ont fait tomber dans cet esprit. Ils m’ont laissé tomber dans cette famille. Ils m’ont fait tomber dans cette culture. Ils m’ont fait tomber dans ce moment de l’histoire. 

Ils m’ont donné ces talents. Ils m’ont donné ces maladies mentales. Ils m’ont donné ces cadeaux. Ils m’ont donné ces addictions. Je ne sais pas pourquoi c’est toi qu’ils m’ont donné, mais j’accepte, j’accepte cela et j’accepte la responsabilité sacrée de prendre soin de toi. Et je prendrai vraiment bien soin de toi. Et je ne l’ai pas toujours fait, mais je le ferai maintenant”.

Et c’est le début d’une caresse amicale de bienveillance de vous-même à vous-même, sans laquelle je ne pense pas que vous puissiez réellement pratiquer la compassion humaine et universelle, car la personne la plus difficile au monde à aimer, à supporter, à pardonner, et auprès de laquelle être bienveillante est bien sûr vous-même. 

Et une fois que vous l’avez fait, le reste n’est qu’un jeu d’enfant. Je ne rencontrerai jamais quelqu’un d’aussi difficile à gérer que moi. Vous ne rencontrerez jamais personne. Tu ne rencontreras jamais personne qui te cause plus de problèmes que tu n’en causes. C’est juste une règle. 

Et aucun d’entre nous ne rencontrera jamais quelqu’un dont la honte est plus difficile à pardonner que la nôtre. Mais une fois que j’ai appris à être très douce et gracieuse envers moi-même et bienveillante à nouveau, précisément avec ce mot, je trouve que je peux désormais m’asseoir avec des gens qui ont toutes sortes de mauvais comportements et c’est moins perturbant pour moi parce que je suis en mode : “Oh, Salut moi !”.

Elizabeth Gilbert, Interviewée par Tim Ferris, 11 Mai 2020.