La force de haïr et le pouvoir d’aimer – Umanz

La force de haïr et le pouvoir d’aimer

 

Eh bien, rends-moi ces temps de mon adolescence

Où je n’étais moi-même encore qu’en espérance ;

Cet âge si fécond en chants mélodieux,

Tant qu’un monde pervers n’effraya point mes yeux ;

Tant que, loin des honneurs, mon cœur ne fut avide

Que des fleurs, doux trésors d’une vallée humide !

Dans mon songe doré, je m’en allais chantant :

Je ne possédais rien, j’étais heureux pourtant !

Rends-moi donc ces désirs qui fatiguaient ma vie,

Ces chagrins déchirants, mais qu’à présent j’envie,

Ma jeunesse !… En un mot, sache en moi ranimer

La force de haïr et le pouvoir d’aimer !

 

Johann Wolfgang Van Goethe (Faust)