Umanz Interview : Alain Boinet (Défis Humanitaires) – Umanz

Umanz Interview : Alain Boinet (Défis Humanitaires)

Alain Boinet avec l’équipe de Solidarités International à Tripoli au nord Liban pour secourir les réfugiés syriens.

Humanitaire historique et passionné, Alain Boinet a créée l’association humanitaire Solidarités International en 1980.

Spécialiste reconnu des défis de l’eau et après avoir parcouru le globe de l’Afghanistan au Darfour en passant par le Liban, il anime aujourd’hui le site défis Humanitaires.

Il a accepté de répondre aux questions de Umanz :

Umanz- Présentez vous sans utiliser de titre ?

Humanitaire engagé depuis près de 40 ans pour secourir les populations en danger dans les conflits et les catastrophes dans le monde, respectueux de l’unité comme de la diversité humaine.

Umanz- Que vouliez vous faire quand vous étiez petit ?

Résistant.

Umanz- Qu’est-ce que vos parents vous ont appris ?

Mon père m’a transmis l’esprit de la résistance française, lui qui avait été engagé pendant la guerre dans le réseau CND Castille du Colonel Rémy. Ma mère m’a appris l’amour des siens et le soutien sans faille qu’elle m’a toujours apporté.

Umanz- Quel est votre meilleur moment professionnel ?

Avoir créée une association humanitaire d’urgence que j’ai longtemps dirigé et qui va poursuivre sa mission après moi.

Umanz- A quoi avez vous renoncé ?

Au confort intellectuel et à l’argent, mais ce n’est pas un renoncement, ce n’est pas l’essentiel.

Umanz- Comment va le monde de votre point de vue ?

La mondialisation entraine aussi un accroissement des tensions géopolitiques, une dégradation très nette des relations internationales avec des lieux de confrontation au Moyen-Orient, en Mer de Chine, entre la Chine et les Etats-Unis et même en Europe. Des pays et leur société se fragmentent intérieurement. Le monde est plus complexe, imprévisible et dangereux. Notre planète est confronté à d’immenses défis. La population va doubler en Afrique dans les 30 ans en passant de 1,2 à 2,5 milliards d’habitants. Nous se semblons pas capable de limiter le dérèglement climatique qui va provoquer des changements phénoménaux notamment pour les productions agricoles qui alimentent la planète et pour la ressource en eau. 80% des eaux usées sont déversées dans les rivières et dans la mer sans aucune dépollution. La pénurie d’eau se fait de plus en plus sentir, des fleuves n’arrivent plus à la mer comme le Colorado et cela provoque des tensions grandissantes entre les divers usages de l’eau et entre pays. Heureusement, il y a des personnes, des initiatives qui relèvent ces défis, qui apportent des solutions positives. L’espoir doit l’emporter, soyons lucides et trouvons des solutions !

Umanz- Que feriez-vous si vous pouviez reprendre un job ?

Le même, humanitaire.

Umanz- Quelle est la leçon de vie que vous aimeriez transmettre à vos enfants ?

Soyez juste, lucide, exigeant, fraternel, courageux, pensez à ceux qui vous ont précédé et à ceux qui vous suivront pour transmettre, soyez vous-même, apportez votre pierre, elle est essentielle.

Soyez humain parmi l’humanité dans le respect de sa riche et belle diversité, il y a tant à découvrir.

Umanz- Quel est l’état de la solidarité dans le monde ?

Elle est double, exceptionnelle chez certains, si pauvre chez d’autres. Notre monde a un immense besoin de plus de solidarité comme de respect de sa diversité.

Umanz- Une lecture qui vous a bouleversé ?

Citadelle d’ Antoine de Saint Exupéry.

Umanz- Qu’est ce que vous ne savez pas ?

Tant de choses restent à découvrir.

Umanz- Qu’avez vous appris cette année ?

Le temps passe trop vite, ne le perdons pas.

Umanz- Qu’est-ce qui vous inquiète ?

L’avenir du monde plus complexe, plus imprévisible, plus dangereux.

Umanz- Qu’est-ce qui vous rend optimiste ?

La capacité humaine à surmonter le pire.

Umanz- Comment voyez vous le futur de l’humanitaire et des ONG ?

Plus que jamais indispensable, en étant fidèle à ses sources, en étant au plus proche des populations secourues, en développant son efficacité, en alertant l’opinion sur les drames et les risques. Car le monde humanitaire est confronté aux risques de l’industrialisation, de la standardisation, de la bureaucratie et du conformisme. Il doit être fidèle à ses valeurs, s’adapter en innovant, se développer tout en maintenant une diversité d’organisations complémentaires, mobiliser toujours plus de soutien auprès de la population, secourir en respectant la riche diversité de l’écosystème humain. Il y a de quoi faire !