Le Ghosting : nouveau cauchemar du recrutement – Umanz

Le Ghosting : nouveau cauchemar du recrutement

“Le candidat ne s’est tout simplement pas pointé. J’ai été ghostée !” m’explique désabusée une chasseuse de tête et c’est le cinquième cette annnée. Nous étions en mars…

Quand un marché tendu et une génération tendue se croisent cela donne : le ghosting. Qu’est-ce que le ghosting ? Le ghosting est une expression héritée du dating , c’est l’absence, “sans prévenir” d’un candidat à un entretien, une embauche ou lors de son premier jour en entreprise.. Lorsque le candidat est recontacté pour une explication il y a au mieux un silence radio au pire zéro excuses…Les appels et les SMS restent sans réponse.

Dans certains secteurs à haut degré de churn comme les centres d’appels ce seraient près de 30% des candidats qui pratiqueraient le Ghosting.

Par ailleurs 25% des employés quittent leur emploi dans les 90 jours suivant l’embauche selon une étude Robert Half.

Parfois les candidats désertent un process trop long et opaque, parfois ils disparaissent par pure discourtoisie. “De purs mercenaires, l’éducation en moins…” s’insurge un DRH. Résultat dans certains secteurs comme la restauration les recruteurs -sachant que 50% des candidats pratiquent le ghosting – pratiqueraient à l’inverse l’overbooking d’entretiens et le recrutement permanent…

Et le ghosting côté recruteur ?

Mais la pratique existe aussi côté recruteur s’insurge Jane Ashen Turkewitz ghostée après 8 entretiens dans un post devenu viral sur LinkedIn .

Certains candidats expliqueraient même que le phénomène de ghosting actuel n’est que le reflet du ghosting des employeurs observé pendant la période de crise 2008-2013. Une spécialiste des Apps de dating, Amanda Bradford” et des millennials hasarde même même que “Zéro réponse est la réponse”…

Une explication valable ? Jusqu’au prochain retournement…