Charge mentale : comment alléger le quotidien par Diane Ballonad Rolland – Umanz

Charge mentale : comment alléger le quotidien par Diane Ballonad Rolland

Marre d’être l’ordinateur familial !

Selon une étude Ipsos, 8 femmes sur 10 affirment souffrir de charge mentale excessive et 2 femmes sur 3 (63%) considèrent qu’elles sont davantage touchées contre seulement 1 homme sur 3 (36%).

Nous avons interviewé Diane Ballonaud Rolland, coach professionnelle et auteur de Sos Charge Mentale : J’allège mon quotidien elle détaille pour Umanz les ressorts et les clés pour sortir du syndrôme du post-it mental et poser son costume de super woman :

Umanz- Pourquoi la charge mentale s’est-elle aggravée chez les femmes ces dernières années ?

Diane Ballonad Rolland : Il est important de souligner, en préambule, que la charge mentale s’est aggravée de manière significative chez les hommes, comme chez les femmes, car derrière la notion de charge mentale, il est avant tout question de « charge cognitive », ou, plus exactement, de « surcharge cognitive », de saturation. On pourrait en effet résumer la charge mentale à «devoir penser à tout, tout le temps » !

Qui n’a jamais aujourd’hui ressenti cette sensation d’avoir la tête encombrée, saturée de choses à faire ? Trop d’informations à traiter à la fois, trop de pensées, trop de stress, d’images, et souvent, pas assez de sommeil ni de temps de déconnexion pour récupérer… Quand le cerveau est sur sollicité, il risque de saturer ! Or, de nos jours, les TIC font partie intégrante de notre vie courante, et nous accompagnent partout, y compris au travail.

S’il est vrai que ces nouveaux outils peuvent nous permettre de travailler plus rapidement, de faire plusieurs tâches à la fois et d’être (a priori) productifs, ils peuvent également entraîner certains effets indésirables avec l’apparition d’une multitude de petites tâches supplémentaires. Surabondance d’informations, multitasking, surcharge cognitive, technostress.

Les femmes sont donc aujourd’hui impactées par cette surcharge cognitive au travail, comme les hommes, qu’elles cumulent avec la charge mentale de l’organisation familiale. Car dans la grande majorité des foyers, la femme reste encore « l’ordinateur familial » : même en cas de partage parfaitement équitable des tâches dans le couple (ce qui, dans les faits, est loin d’être le cas car selon l’INSEE, les femmes prenaient en charge 64 % des tâches domestiques et 71 % des tâches parentales en 2010), c’est la femme qui porte toute la charge mentale de l’organisation.

Ce poids invisible qui pèse sur les épaules des femmes est pourtant bien identifié par la très grande majorité d’entre elles. Quand on les interroge, elles sont unanimes : ce n’est pas tant le partage ou le non partage des tâches qui finit par les épuiser, mais bien la responsabilité du foyer. C’est le fait de devoir penser à tout, tout le temps et sans répit !

Cette charge mentale-ci, que j’appelle aussi « le syndrome du post-it mental », touche, quant à elle, essentiellement les femmes, car elles cumulent la charge mentale de leur profession à la charge mentale domestique : une parfaite illustration de l’expression « être au four et au moulin » !

Umanz- Comment concrètement alléger la charge mentale ?

Diane Ballonad Rolland : Difficile de répondre à cette question en quelques mots mais globalement, il est possible d’alléger sa charge mentale en agissant sur deux leviers :

Le premier de ces leviers est de travailler sur une meilleure répartition de cette charge mentale au sein du foyer. Vous parviendrez en effet à rééquilibrer cette charge mentale en responsabilisant davantage votre conjoint. Et il existe une action magique pour cela : le partage d’informations ! Vous aiderez votre conjoint à prendre sa place à l’intégrant le plus tôt possible dans la boucle de l’information. Vous aurez le même niveau de charge mentale lorsque vous partagerez le même niveau d’informations. Vous pourriez, par exemple, prévoir un petit temps d’échange durant le week-end pour faire le point, ensemble, sur la semaine à venir. Une demi-heure peut suffire. Vous pourrez ainsi, lors de ce « point hebdo », confronter vos agendas, regarder les échéances-clés, les rendez-vous programmés (notamment les rendez-vous familiaux), ceux qui seraient à prévoir et pourront être pris durant cette semaine. Ce sera enfin le moment idéal pour vous répartir les responsabilités, non plus en fonction de vos habitudes bien ancrées, mais en fonction de vos disponibilités respectives.

Le deuxième levier est de travailler cette fois davantage sur soi et sur sa capacité à lâcher-prise et à déconnecter son mental : savoir prendre du temps pour soi, apprendre à faire confiance, s’autoriser à décompresser sans culpabiliser, se reconnecter à ses besoins, trouver le calme intérieur, apprendre à davantage apprécier l’instant présent. Tous les moyens qui vous permettent de « débrancher votre cerveau » sont bons à prendre !

Umanz – Quelles sont les clés d’une meilleure répartition des tâches ?

Diane Ballonad Rolland : Ce qui compte, c’est changer d’état d’esprit et de passer de la responsabilité à la coresponsabilité, c’est-à-dire à une responsabilité partagée ! Et pour commencer à rééquilibrer la charge de travail entre tous les membres de la famille, vous aurez besoin de savoir précisément qui fait quoi.

La première étape que je suggère, donc, dans mon livre consiste à se poser autour d’une table et de remplir ce que j’appelle « le tableau du qui fait quoi ». Le but de l’exercice est de permettre à tous de prendre conscience de la mauvaise répartition de la charge de travail. Car si elle est inégale, voire très inégale, cela sautera aux yeux de tous ! Le tableau parlera de lui-même.

Par ailleurs, en matière de partage des tâches, y compris de partage de la charge mentale, la règle d’or consiste à clarifier ses attentes. C’est valable pour chacun des membres de la famille. Cela implique donc de demander de façon claire et directe à son conjoint ce que l’on attend de lui en matière d’entretien de la maison, par exemple, et plus globalement de partage des tâches. Vous éviterez ainsi de nombreux malentendus.

Umanz- Quel doit être le rôle du conjoint ?

Diane Ballonad Rolland : Il n’y a pas un rôle-type du conjoint, tout dépend en réalité, et heureusement, de chaque foyer !

Je crois en revanche qu’il est important que chaque conjoint prenne conscience du poids de la charge mentale de celle qui partage sa vie, et d’une répartition des tâches déséquilibrée, surtout si celle-ci est davantage subie que le résultat d’un choix assumé par le couple. Et cela commence par l’écoute !

Cela implique donc d’oser poser le sujet sur la table, ce qui ne coule pas toujours de source car le sujet, contrairement à ce que l’on pourrait penser en 2019, reste tabou dans le couple. Il est encore difficile d’aborder le sujet sereinement, de part et d’autre d’ailleurs. J’invite donc les femmes à oser aborder le sujet avec le plus de sérénité possible, en utilisant des mots simples et, si possible, sans affect, afin qu’elles ne restent pas avec des non-dits et des attentes insatisfaites : exprimer sereinement et sans accabler leur conjoint ce qui leur pèse réellement au quotidien et les domaines dans lesquels elles souhaiteraient une implication plus importante de leur part.

Umanz- Quel doit être le rôle des enfants ?

Diane Ballonad Rolland : Il me semble essentiel, pour ne pas dire impératif, que les enfants, à leur niveau, participent eux aussi à l’effort collectif, et soient intégrés très tôt, le plus tôt possible, « dans la boucle » de l’organisation familiale.

En les impliquant dès leur plus jeune âge, vous favorisez leur autonomie future et contribuez à leur éducation. En effet, faire participer les enfants dans l’organisation du foyer, c’est aussi leur transmettre des valeurs de solidarité, d’égalité, de partage, de coopération, qu’il s’agisse, bien sûr, des filles comme des garçons !


Biographie de Diane Ballonad Rolland :

Diane Ballonad Rolland est fondatrice et dirigeante du cabinet Temps & Equilibre, Coach certifiée et auteure de « S.O.S. Charge mentale » (mars 2019, Larousse). Depuis 10 ans, son cœur de métier est d’aider les femmes débordées, fatiguées, stressées par les contraintes de la vie quotidienne, à se réapproprier leur temps et à (re)trouver un équilibre.