Du son pour le cerveau : la folie des Binaural beats  – Umanz

Du son pour le cerveau : la folie des Binaural beats 

Entrer dans le flow retrouver un stade ultime de concentration… Les chaînes Youtube et les listes Spotify de Binaural beats se multiplient en ligne et attirent des dizaines de millions d’auditeurs.

Nouveau phénomènes du streaming illimité, ces sons doux, étranges et et psychédéliques tendent à détroner l’ASMR. Ils deviennent les nouveaux avatars de l’arsenal sans cesse étoffé du digital welness personnel.

Une illusion sonore

Les Binaural Beats ne datent pourtant pas d’hier ils ont été découverts il y a deux siècles par un physicien et météorologue autrichien, le Docteur Heinrich Wilhelm Dove. En 1839 il découvre par hasard l’effet des battements binauraux en jouant deux sons séparés dans chaque oreille.

Les adeptes de Binaural Beats prétendent ainsi que ces sons, joués à la bonne fréquence (Gama, Delta, Alpha etc.) permettraient au cerveau de retrouver des états s’apparentant au sommeil profond, à l’hypervigilance ou à la concentration intense.

A ce stade, les études scientifiques sur le bénéfice réel des Binaural Beats sont partagés. Cela n’empêche pas le phénomène de prendre de l’ampleur et nombre de lycéens de réviser sous fond de Binaural  beats sur les chaines YouTube de Yellow Brick Cinema, H4Happiness ou Abondant Mind Video ou en “streamant”  Brownian Delta ou Theta Waves sur Spotify parmi des dizaines d’autres choix possibles dans le foisonnement et la long tail des battements binauraux.

Binaural Geek

Il y a même un magazine dédié au Binaural Beats, Binaural Beats Geek  comparant les mérites et vertus des différents studios de production surfant sur le phénomène tels : Brain Evolution System, Enorra, Unexplainable Store ou encore Brain Wave Alchemy. 

Cacophonie Binaurale

Le phénomène tend à attirer également toute une foule de méthodologies aux relents new age et parfois vaguement sectaire. 

Prudence donc, même si la plupart des Binaural beats proposés au public sont, au pires, innofensifs, les innombrables et cacophoniques querelles des différents acteurs vantant les vertus brevetées de leurs battements binauraux (ou autres Isochronic Tones et Monaural Beats) forcément uniques, commerciales et propriétaires, laissent à penser que les allées (ou vitrines) du DIY mind hacking ne sont pas toutes pavées de bonnes intentions…