Age de l’accélération : comment designer une organisation adaptative  ? – Umanz

Age de l’accélération : comment designer une organisation adaptative  ?

Dans un environnement économique en mutation accélérée et un écosystème d’employés et de collaborateurs modulable s’étendant souvent au delà des murs de l’entreprise, comment passer au design humain d’organisations hyperfluides ?

Bersin, division de Deloitte a récemment publié ses réflexions sur les organisations adaptatives

Synthèse et points à retenir :

1- Une organisation “Purpose et Customer Driven”

Les organisations flexibles et adaptives de demain seront designées autour des nouvelles valeurs, du client et d’équipes en réseau construites pour l’autonomie et la prise de décision rapide.

2- Un design Adaptatif et pas forcément “plat”

Le design des organisations doit correspondre aux aspirations, motivations et aux perspectives de l’entreprise.

Il doit également prendre en compte les réseaux informels de l’organisation.

3- Flow Design : le design de flux

La rapidité ne doit pas être le seul critère. Pour évoluer vers une organisation fluide, Il faut réfléchir au meilleur environnement permettant d’exécuter la stratégie et designer les flux adaptés à cet environnement libérant le mieux les talents et la connaissance.

Il faut également examiner comment le design de ces flux, dans une situation spécifique, permet de s’affranchir des silos et des barrières existantes.

4-  Le design comme process et non comme projet

Il n’y a pas forcément de designs “justes” et “fixe” pour une entreprise.

La mise en place d’organisation adaptives et fluides présente un véritable changement de mentalité pour le management. Une organisation adaptative assortie d’équipes autonomes et reconfigurables doit épouser les évolutions du marché et des nouveaux marchés dans laquelle elle opère.

Cette forme avancée d’organisation est donc par nature “always on”.  Les tâches, les fonctions, les employés, les process les systèmes de rémunération et les leaders sont évolutifs et modulables.

C’est aussi pourquoi les conditions de mobilité et de responsabilité doivent être réfléchies en amont.

Au final, si il n’y a pas de design juste, il y a un juste état d’esprit en matière de design conclut l’étude.