Êtes vous “Vulnerageous” ? – Umanz

Êtes vous “Vulnerageous” ?

Le mot Vulnerageous a fait pour la première fois son apparition le 4 mai 2019 dans le célèbre “Urban Dictionnary. Il designe cette hybridation subtile et nuancée chez une personne entre la vulnérabilité et le courage

Etre “Vulnerageous” est intraduisible en français et aucun terme exprime actuellement les contrastes du mot. Dans sa définition “Vulnerageous” : signifie littéralement exprimer quelque chose de vulnérable sur soi avec courage.

Les déclarations Vulnerageous vont ainsi de l’outing au hobby décalé : “J’écris un livre de recette de salsifis”.

Le dernier soft skilll

Outre Atlantique, dans les conférences sur le leadership, “Vulnerageous” bat tous les records, ce mashup de courage et de vulnérabilité serait au final la meilleure capacité pour un leader ou un manager d’exprimer son authenticité. 

Selon Andrew Marantz du New Yorker ce serait également l’un des termes les plus utilisé en ce moment à Ensalen, la retraite préférée des milliardaires de la Silicon Valley. 

De l’injonction au pré-requis…Il n’ y a qu’un pas.

Le courage d’être imparfait

Et si nous étions tous vulnerageous ? Comme l’exprime Bréné Brown dans son célèbre Tech Talk, la vulnérabilité c’est le courage d’être imparfait, sans vulnérabilité on se coupe du sens, de la réalité et de la finalité des expériences. Pire, on met un voile entre soi et les autres. 

Elle rappelle que le courage vient du latin “Cor” qui signifie coeur et incorporait dans le vieil anglais, la capacité à “raconter qui nous sommes de tout notre cœur”.

 

“Ces gens avaient le courage d’être imparfaits […] L’autre chose qu’ils avaient en commun était ceci. Ils adoptaient complètement la vulnérabilité. Ils pensaient que ce qui les rendait vulnérable les rendait également beaux. Ils ne prétendaient pas que la vulnérabilité était confortable, ni qu’elle était atroce — comme je l’avais entendu auparavant dans les entretiens sur la honte. Ils disaient juste qu’elle était nécessaire.

Ils parlaient de la volonté de dire “Je t’aime” le premier, la volonté de faire quelque chose quand il n’y a aucune garantie de réussite, la volonté de ne pas retenir son souffle en attendant le coup de fil du médecin après une mammographie. Ils étaient prêts à s’investir dans une relation qui pourrait marcher, ou pas. Ils pensaient que c’était essentiel. “

 

En ce sens la capacité à être “vulnerageous” ne serait pas une vertu à trouver, encore moins à feindre, mais à retrouver.