L’ère de l'enchevêtrement – Umanz

L’ère de l’enchevêtrement

Perte de la maîtrise, complexité débridée et conséquences inattendues récurrentes Danny Hillis, technologue, pionnier des ordinateurs parallèles, pilier de Disney animation et fondateur d’Applied Minds a défini notre époque comme celle de l’enchevêtrement.

Décryptage :

La fin des lumières 

Les règles simples de la renaissance, la clarté et l’hyper-rationalité des lumières ont créé un monde d’une complexité croissante. Nous n’avons plus le temps d’absorber les idées, les concepts et les conséquences des technologies que nous générons.

Nous avons dépassé les frontières du naturel et de l’artificiel. Nos améliorations prosthétiques, nos institutions humaines, nos mondes imaginaires, nos algorithmes sont devenus des organismes qui ont leur vie propre et que nous ne maîtrisons plus.

Le temps naturel est redéfini par nos machines, nous avons perdu le contrôle. L’homme n’est plus le roi du monde, il a perdu la maitrise de ses créations.

Nous devenons quelque chose de nouveau.

L’input sans le contrôle

Nous rentrons donc dans un monde génératif et plus composé. Au lieu de découvrir de nouveaux mondes nous les créons. L’esthétique de l’ère de l’enchevêtrement émerge de process qui ne sont ni complétement naturels, ni complétement artificiels à l’exemple des toiles de vers à soie de Neri Oxman.

 

 

A l’instar de Wikipedia nous créons des objets évolutifs, des programmes informatiques aussi complexes à décrypter que les circuits neuronaux.

Dans les mots de Danny Hillis  nous contemplons chaque jour “Les forces imprédictibles de nos propres constructions”

Comment vivre avec ces objets inscrutables ?

Nous créons une nouvelle génération d’artéfact. On ne sait plus vraiment si les objets sont “nés” ou “fabriqués”. Dans ce nouveau paradigme,  doit-on craindre ou embrasser ces nouveaux objets hybrides ?

Les deux répond Dany Hillis. Pour lui nous sommes de nouveau comme des jardiniers face à des plantes que nous ne maitrisons pas tout à fait. Il sait aussi que ces objets seront à la fois utilisés pour le meilleur et le pire. 

Ils constituent un pouvoir non humainement maîtrisé à prendre en compte. Et une chose reste sûre, ce nouveau pouvoir et ses enfants hybrides ne sont plus tout à fait humains.

“L’humanité est confrontée à cette énigme depuis que le premier feu humain a échappé à tout contrôle et a brûlé la forêt. Le fait de le reconnaître ne nous dégage pas de notre responsabilité, mais nous rappelle pourquoi c’est important. Nous sommes en train de nous reconstruire, et nous devons choisir judicieusement ce que nous allons devenir” alerte Danny Hillis.