“Nous avons besoin de data et nous avons besoin de rêves” – Umanz

“Nous avons besoin de data et nous avons besoin de rêves”

L’une des raisons pour lesquelles plusieurs personnes redoutent les machines est qu’ils s’inquiètent d’un monde où l’on peut tout prédire et rien imaginer.

Et cela ne nous rend pas vraiment humain. En fait dans ma carrière précédente de psychothérapeute, nous avions un mot pour décrire la capacité de tout prédire d’après les données du passé et où l’imagination était incapacitée, on appelait cela “un traumatisme”…Et c’est une condition très déshumanisante.

Bien sur nous avons besoin de data mais nous avons besoin de rêves. Nous avons besoin d’outils et nous avons besoin d’histoire. Mais ce que je voudrais vous proposer c’est que ce que l’on caractérise aujourd’hui comme tension entre l’humanité et la technologie n’est que l’instanciation du XXIème siècle de cette tension éternelle entre le désir de la data et des outils pour rendre la vie meilleure et celui des histoires et des rêves qui nous permettent d’avoir une vie qui fait sens.

Dés lors si nous voulons apprendre mieux, nous devons améliorer notre capacité à faire les deux. Spécifiquement nous avons besoin d’apprendre à faire un travail qui fait sens. Si nous ne nous concentrons que sur un type d’apprentissage celui qui nous permet de prédire, ou prévenir ou nous adapter au futur, le problème ne sera pas les machines qui viendront mais les machines que nous deviendront…”

Gianpiero Petriglieri, Professeur à l’Insead. Conférence Learning for Human Living