Plongée dans le sens au travail – Umanz

Plongée dans le sens au travail

Le sens au travail est-il du ressort de l’entreprise ou est-ce un processus individuel ? Une étude récente publiée par Deloitte et Viadeo décortique les perceptions du sens au travail.

A l’heure où sens au travail apparaît de plus en plus comme un enjeu majeur de société, décryptage d’une notion complexe aux compréhensions multiples :

1- Le sens travail est-il un sujet personnel, collectif et organisationnel ?

Premier constat, la notion de sens au travail est “complexe, subjective et non consensuelle. La perception des finalités du travail diffère :

Pour 49% des personnes interrogées le sens au travail est un sujet collectif alors qu’il est organisationnel pour 26% ou individuel pour 30%.

A noter également que 54% des cadres et dirigeants estiment que le sens au travail est un sujet collectif.

2- A quoi relie t-on le sens au travail ?

Pour 54% des personnes interrogées la quête de sens a guidé le choix de leur métier (60% pour les plus de 50 ans).

Selon l’étude, le sens au travail est lié à 29% à l’activité réelle quotidienne, à 26% aux valeurs de la société et à 26%à la coopération et au travail en équipe.

Seuls 12% lient le sens au métier exercé, 5% aux secteur d’activité et seulement 2% au produit vendu…

3- Le paradoxe du sens au travail :

Le paradoxe du sens au travail s’exprime dans une contradiction : si 85% des personnes interrogées estiment que le travail a le sens qu’on lui donne ils sont néanmoins 63% à estimer qu’il dépend du management.

Par ailleurs 51% estiment que ce n’est pas un sujet RH et 59% ne sont pas d’accord avec la proposition : “ Le sens au travail doit venir de la direction du travail”.

4- De l’Avoir à l’être

L’étude note également un déplacement récent du travail de la sphère du travail à celle de l’Être.

L’Être au sens où l’entend le sociologue Vincent Gaulejac comme rassemblement des trois registres : “Le Faire, L’Avoir et l’Être”.

5- La perte de sens

A la question fondamentale : Le sens au travail s’est-il amélioré ou dégradé ces deux dernières années : 55% estiment qu’ils s’est dégradé (67% pour les 45-50 ans) et seulement 19% amélioré…

Parmi les éléments en cause dans la perte de sens l’étude relève : les licenciements et les plans sociaux (28%), le déséquilibre entre vie privée et vie professionnelle (25%), l’ambiance de travail (33%), le processus d’évaluation (40%), le niveau de rémunération (35%), la relation managériale (35%) et surtout le manque de reconnaissance (43%).

Autant de réponses qui illustrent le décalage entre les aspirations des salariés et les objectifs contradictoires et fluctuants de l’entreprise mais aussi les besoins d’une réconciliation du ou des sens au travail.