Le spectre Optimiste-Pessimiste – Umanz

Le spectre Optimiste-Pessimiste

À une extrémité, vous avez l’optimiste pur et dur. Il pense que tout est génial, le sera toujours, et considère toute négativité comme un défaut de caractère. L’optimisme est en partie lié à l’ego : il a tellement confiance en lui qu’il ne peut imaginer que quelque chose puisse mal tourner.

Il y a ensuite les personnes extrêmement optimistes qui acceptent que de mauvaises choses arrivent parfois à d’autres personnes. Elles lisent les mauvaises nouvelles avec un sentiment de fascination détachée, mais considèrent leur propre avenir comme un parcours sans faute et ne peuvent imaginer autre chose.

Viennent ensuite les optimistes qui sont capables d’être sceptiques face à l’optimisme des autres. Ils considèrent leur avenir comme immaculé, mais possèdent un détecteur de mensonges basse fréquence qui leur permet de détecter si l’optimisme est en fait un argument de vente.

Un échelon plus bas se trouvent les optimistes qui ont une confiance absolue en eux-mêmes mais qui sont tout aussi pessimistes à l’égard des autres. Il est facile de les prendre pour des pessimistes, mais ils considèrent en fait que leur avenir est parfait.

Il existe ensuite une race à part : l’optimiste qui considère que l’avenir de chacun est sombre uniquement parce que certaines choses, ou certaines personnes, font obstacle. Il s’agit de pessimistes qui, autrement, seraient optimistes à propos d’eux-mêmes et de presque toutes les autres personnes. Ils sont malheureux, car un monde parfait semble si proche et pourtant si lointain.

Viennent ensuite les personnes qui sont pessimistes en paroles mais optimistes en actes. Ils sont attirés par le pessimisme car il est intellectuellement séduisant et attire l’attention des gens. Mais leurs portefeuilles d’investissement sont clairement orientés vers un monde où les choses s’améliorent. De nombreux experts entrent dans cette catégorie.

Au milieu, nous avons ce que j’appelle des optimistes raisonnables : ceux qui reconnaissent que l’histoire est une chaîne constante de problèmes, de déceptions et de revers, mais qui restent optimistes parce qu’ils savent que les revers n’empêchent pas un progrès éventuel. Ils passent pour des hypocrites et des girouettes, mais souvent, ils ne font que regarder plus loin que les autres.

Viennent ensuite les probabilistes. Ils savent que le progrès est probable, mais ils considèrent que tout est une question de chance. “Je ne suis pas un optimiste”, a déclaré un jour Hans Rosling. “Je suis un possibiliste très sérieux”.

Nous arrivons maintenant aux pessimistes refoulés : Ceux qui considèrent le progrès historique comme un coup de chance unique, mais pensent qu’une faible croissance ou une stagnation est plus probable à l’avenir. Ils sont fiers de ce que nous avons accompli, mais doutent que cela puisse continuer.

Plus bas, on trouve les sceptiques. Ils ne contestent pas que le progrès soit possible, voire probable. Mais ils placent la barre si haut pour le prouver que seules les observations a posteriori sont convaincantes – et même dans ce cas, ils se demandent si les données sont exactes ou s’il y a quelque chose d’autre que nous ne voyons pas. Ce sont des gens bien mais qui se torturent dans cette position parce qu’ils savent que le progrès est en train de se produire mais plutôt que d’en profiter, ils se battent pour le nier.

Puis nous arrivons à la première catégorie de vrais pessimistes. Ils savent que le monde va s’améliorer, que les choses vont s’améliorer, que les entreprises vont devenir plus productives – mais ils ne pensent pas qu’ils feront personnellement partie du progrès.

Viennent ensuite ceux qui considèrent que le progrès ne profite qu’à des groupes restreints, tandis que le bien-être de la majorité stagne ou décline car elle est exploitée par un petit groupe de gagnants. (Peut-être le groupe de pessimistes le plus raisonnable).

Un niveau en dessous se trouvent ceux qui espèrent tranquillement le déclin. Ils disent souvent des choses comme “J’espère que mes prévisions ne sont pas justes”, mais rien ne les rend plus heureux que les signes d’une nouvelle récession, d’une crise financière ou d’une hausse de l’inflation.

On arrive bientôt à un véritable pessimisme : les personnes qui pensent que les preuves des progrès passés sont trompeuses, incomplètes ou manipulées pour brosser un tableau rose, et que la réalité est que la vie est aussi dure et inefficace aujourd’hui qu’elle l’a été auparavant et qu’elle le restera à l’avenir.

Viennent ensuite les cyniques, qui considèrent que quiconque promeut le progrès est secrètement motivé par le pouvoir et alimenté par la corruption.

Et enfin viennent les purs pessimistes. Ils pensent que tout est terrible, sera toujours terrible, et voient toute positivité comme un défaut de caractère. L’ego est en partie responsable : ils ont si peu confiance en eux qu’ils ne peuvent imaginer que quelque chose puisse aller bien. Ils sont l’opposé des optimistes purs, et ils sont tout aussi détachés de la réalité.

Morgan Housel

Cet essai écrit originellement sur le site du Collaborative Fund a été publié avec l’aimable autorisation de son auteur Morgan Housel. Qu’il en soit infiniment remercié.


Sur le même sujet lire également : 16 phrases pour sortir par le haut de la friction optimiste-pessimiste