Les CEO au secours des objectifs de développement durable (ODD) – Umanz

Les CEO au secours des objectifs de développement durable (ODD)

“10 ans pour délivrer”, c’est l’appel des “CEO” en faveur des ODD de l’ONU. Dans une étude pilotée par Accenture, ils prennent la mesure de l’urgence et du retard des entreprises sur l’Agenda 2030 des ODD (Objectifs de Développement Durable).

Comme le révèle l’étude, seules 21% des entreprises jouent actuellement un rôle critique dans la mise en oeuvre des ODD alors que 71% des CEO pensent que leur entreprise a un rôle à jouer avec plus d’engagement et d’action en faveur d’un monde durable.

Pour les CEOs, et dans un environnement géopolitique, socio-économique et technologique complexe et brouillé, la mobilisation passe donc par trois champs d’action :

  • Une action locale et déterminée au sein de leur propre entreprise et de leur propre industrie
  • Une collaboration honnête sur les challenges et l’impact des ODD
  • Le passage à un leadership durable, au service des écosystèmes

En 2019, souligne l’étude, 94% des CEO pensent que la durabilité est devenue un facteur de succès clé pour le futur de leur entreprise et seuls 26% s‘estiment incapables de lier la durabilité à une valeur business contre contre 37% en 2013.

Les consommateurs et les employés : les deux leviers du changement

Alors que les années passent, le permis d’opérer et le coût de l’inaction ont un coût de plus en plus élevé. Les CEO reconnaissent que le changement émane aujourd’hui en premier lieu des consommateurs à 53%, des employés à 44%. Bien avant le gouvernement à 41%, les régulateurs à 30% et les investisseurs à 20%.

Comme l’exprime le CEO de Natura João Paulo Ferreira : “Il n’y a aucun doute, la durabilité est devenue un must have.”

Par ailleurs 76% des CEO estiment que la confiance sera un critère clé de compétitivité dans les années à venir.

Alex Ricard, CEO de Pernod Ricard ne dit pas autre chose quand il explique que : “les businesses qui ne visent que les profits mourront. Seuls ceux ciblant l’ensemble des parties prenantes demeureront profitables à l’avenir”

Des défis considérables

Les challenges sont considérables souligne l’étude : la demande de nourriture va augmenter de 35% d’ici 2030 et doublera d’ici 2050. Quant à la demande énergétique, elle progressera de 40% d’ici 2040.

En 2030, 61% de la population sera urbaine, le trafic passager doublera et le transport de marchandises progressera de 70%.

Pour les CEO, cette accélération des challenges et des opportunités représente un défi systémique mais aussi scientifique. Il ne faut pas aussi sous-estimer le fait que les différentes injonctions des ODD donneront lieu à des arbitrages VUCA  et vertigineuses de type : quelle conséquence aura la nécessité d’augmenter les récoltes en limitant les terres et les rejets de CO2 sur l’utilisation de fertilisants ?

Ces puissantes forces macro-économiques impliquent  également une modification radicale des chaînes des valeurs. Une transformation qui appelle à une collaboration inédite entre industries et entre pairs et qui placera la coopération non-concurrentielle à l’avant des agendas des CEO.

“La soutenabilité requiert plus que quelques initiatives vertes. Nous avons besoin d’un ajustement sociétal et culturel pour s’assurer que la soutenabilité est intégrée dans notre ADN corporate et social. La façon dont nous faisons du business aujourd’hui impacte très certainement SI nous seront en business demain” plaide Mohammed Mohomedy, Acting Group Chief Executive de Transnet SOC.