J’irai plus bosser chez vous ! Les millennials veulent des boîtes qui ont du sens – Umanz

J’irai plus bosser chez vous ! Les millennials veulent des boîtes qui ont du sens

“Nous croyons moins aux employeurs à cause de tous nos parents qui ont perdu leurs jobs alors qu’ils étaient fidèles à leur société…” 

Ainsi s’ouvre l’étude réalisée auprès de 13.000 millennials dans 42 pays par Deloitte sur les nouvelles attentes des Millennials et de la Gen Z vis à vis des entreprises.

Chaque génération est le produit de son contexte.Voici 5 enseignements de l’étude à intégrer par les boîtes avant qu’il ne soit trop tard :

1- Génération disruptée, apsirations altérées

La génération Post-Crash ressent avec violence le contexte et les inégalités économiques qui lui sont présentées depuis plus de 10 ans…En conséquence ses attentes et aspirations sont radicalement modifiées. 

Les marqueurs de l’âge adulte se sont déplacés. Le désir d’impact positif dépasse le désir d’enfant et celui de voyager dépasse le besoin l’envie de propriété.

2- Climat : un monde dégradé

Chez les Millennials comme chez la Génération Z le Climat à 29% est la première des préoccupation devant l’inégalité, le terrorisme (chez la Gen Z), et le chômage.

3- Une confiance économique, politique, religieuse et médiatique faible

26% s’attendent à une amélioration de la situation économique l’année prochaine et seuls 22% envisagent des progrès sur le front politique.

Parallèlement, 73% estiment estiment que les leaders politiques échouent à avoir un impact positif sur le monde. Les deux tiers sont sur la même ligne vis à vis des leaders religieux, 43% sur les médias (27% expriment une confiance zéro dans les médias).

37% seulement estiment que les leaders business ont un impact positif sur la planète et 76% pensent que les entreprises ne prennent pas en compte les problème de la société au sens large.

Au final le gouvernement reste le premier accusé de la stagnation de l’ascenseur social.

4- Industry 4.0 et impact technologique

49% des millennials et le la Gen Z pensent que la technologie augmentera leurs jobs. 25% pensent qu’elle n’aura aucun impact et seuls 15% estiment qu’elle remplacera leurs jobs ou leurs tâches.

46% estiment qu’il sera plus dur de retrouver un emploi à l’avenir et seule une personne sur 5 parmi la génération montante estime avoir les talents et connaissances nécessaires pour l’ère de l’industrie 4.0.  

5- De disruptés à disrupteurs

L’insatisfaction monte.  49% quitteraient leur job actuel s’ils en avaient les moyens (contre 37% en 2017).  Parallèlement plus de 8 sur 10 se disent attirés par les possibilités de la Gig Economy (mais seulement 6% en ont fait le choix).

En cause, une insatisfaction croissante sur la rémunération et les opportunités de carrière :

Une lueur d’espoir : le chiffre des personnes souhaitant rester plus de 5 ans dans leur entreprise demeure à 28% et semble fortement corrélé à une nouvelle combinaison de performance financière, d’impact sur la communauté, de développement des talents, de diversité et d’inclusion.

56% des RH estiment ainsi que les questions sociétales seront plus importantes dans les années à venir.

Actuellement 37% des millennials choisissent de s’éloigner d’une société ou de ses produits pour des raisons d’éthique.

6- “Demain J’arrête ! ” Un changement d’attitude sur les médias sociaux

Même si 71% ont une vision généralement positive des réseaux sociaux. L’étude relève un net changement d’attitude en matière de temps passé et un désir de réduire ou  chez 4 Millennials sur 10 d’arrêter définitivement l’usage des médias sociaux.

7- La Genz Européenne est la plus pessimiste

Au final, alors que la Gen Z  exprime à 66% son optimisme pour l’avenir en Chine, la Gen Z Européenne s’affiche comme la plus pessimiste avec des scores de seulement 31% en Allemagne et 27% en France.