Sens 2022 by Umanz : 30 phrases qui ont marqué l'année - Umanz

Sens 2022 by Umanz : 30 phrases qui ont marqué l’année

 

 

Depuis cinq ans, les phrases de l’année choisies par Umanz sont devenues un rendez-vous incontournable pour comprendre l’état de notre société et ses préoccupations les plus intimes. 

De la technologie à l’économie en passant par le climat et le travail, ces phrases lumineuses, percutantes et prophétiques reflètent les tendances et les débats qui ont marqué l’année 2022.

Voici Sens 2022, notre sélection des phrases les plus saillantes de l’année passée :

L’algorithme ou moi ?

“Je suis sur l’internet depuis 10 ans et je ne sais pas si j’aime ce que j’aime ou ce qu’un algorithme voudrait que j’aime ?”

Valerie Peter

Ceci expliquant…cela

“je ne lirais jamais un livre…Je suis très sceptique à l’égard des livres”

Sam Bankman-Fried, (Source Bloomberg)

La musique aux fonds

“Le prochain tube de l’été appartient peut-être déjà à un fonds de private equity”

Sam Van Pykeren

La nouvelle économie de service

“Alors qu’aux XIXème et XXème siècles, la main-d’œuvre industrielle était employée à l’exploitation et à la consommation des ressources de la Terre, les travailleurs du XXIème siècle se consacreront de plus en plus à l’entretien de la biosphère. De nouvelles catégories professionnelles et des millions d’emplois nouveaux seront créés dans les services aux écosystèmes.”

Jeremy Rifkin : l’âge de la résilience

Vae Victis

“Le monde semble fonctionner sur le biais du survivant.”

Tom Goodwyn

Un Ministère de l’avenir

“Les gouvernements devraient-ils suivre le conseil de Kurt Vonnegut et créer un poste ministre de l’avenir » ? L’ONU devrait-elle créer un « ministère de l’avenir », comme dans le récent roman de Kim Stanley Robinson sur le climat ? Une entreprise devrait-elle envisager de mettre en place une division des jours, une division des décennies, une division des siècles, voire une division multimillénaire – chacune concevant des scénarios et des prévisions à l’échelle de différents horizons temporels ? Si les industries extractives ne mettent pas volontairement en œuvre des programmes de gestion à long terme, la responsabilité multitemporelle devrait-elle être imposée par la loi ?”

Vincent Lalenti

Le social media comme couche de management externalisé

“À l’ère des plateformes, les médias sociaux sont devenus non seulement une activité de loisir, mais aussi une couche de management externalisé, un filtre omniprésent sélectionnant les personnes les plus susceptibles de réussir et veillant à ce qu’elles assument la responsabilité personnelle de l’optimisation de leurs pratiques.”

Sophie Bishop

Sens émergent

“Nous sommes maintenant obligés de créer du sens et de façonner une agentivité dans le contexte de méta-crises de perception et de compréhension liées à l’effondrement écologique, social et institutionnel où un monde semble mourir, et où un autre essaie de naître.”

Jonathan Rowson

Code is law

“Les technologies de plus en plus performantes vont constituer un élément fondamental de la vie du XXIème siècle. Elles servent d’intermédiaires à un nombre croissant de nos actes, de nos paroles et de nos échanges. Notre accès aux biens sociaux de base – crédit, logement, aide sociale, possibilités d’éducation, emplois – est de plus en plus déterminé par des algorithmes à la conception masquée et la provenance obscure. 

Le code informatique a rejoint les forces du marché, la culture locale et la coercition de l’État au premier rang des forces sociales.”

Jamie Susskind, Noema

And Code is Money…

“L’argent est dépensé en fonction du code.”

Dr Ian Mc Gilchrist

Le temps de penser

“Le temps de penser est probablement l’un des ingrédients les plus essentiels de la liberté. Si nous voyons le temps libre de cette façon alors nous pourrions le considérer comme une question de justice distributive de la même manière que nous voyons l’argent comme une question de justice distributive.

 Peut-être que les gouvernements devraient penser à introduire des politiques pour s’assurer que tout le monde reçoit une  part équitable. 

Le temps de réflexion est l’une des vraies victimes de la culture des longues heures de travail d’aujourd’hui et je pense que le temps de réflexion est vraiment essentiel pour avoir la liberté de penser aux rôles que vous jouez, aux habitudes que vous avez…

Les priorités que vous avez, sont-elles vraiment les vôtres, les avez-vous héritées de quelque part ? Nous n’avons pas le temps de réfléchir à ces choses.”

David Frayne

La rançon de l’Infinite Scroll

“Notre environnement informationnel et notre espace d’action en général sont de plus en plus détenus et organisés par une élite d’experts à des fins politiques et commerciales, avec suffisamment d’accès productif, sociétal et bureaucratique pour que nous restions dépendants et incapables de nous débrancher. 

Concrètement, la plupart de ces activités consistent à fournir un flux constant de pornographie, de mèmes divertissants, de slogans politiques et de publicités commerciales. Il n’y a pas de santé en lui, ni en nous qui nous prosternons devant son autel.”

Wolf Tivy, Palladium

No Alexa

“Quand ma fille m’a demandé pourquoi elle ne pouvait pas avoir un Alexa comme ses amis, je lui ai dit que c’est parce qu’Alexa vole tes rêves et les vend.”

Susie Alegre, auteur de : The Long Struggle to Liberate Our Minds. 

Le juste choix

“Aucun de ces scénarios n’est bon pour l’entreprise. Nous pouvons éliminer cela de l’équation. Il n’y a tout simplement pas de bonne voie business… 

…la bonne chose morale et éthique à faire va au-delà de la taille de votre entreprise.”

Jesper Brodin, CEO d’IKEA sur sa décision de sortir de Russie.

Habiter le monde

“J’essaye de montrer qu’il y a d’autres conceptions que la nôtre. Il y a d’autres manières d’habiter que la nôtre. Donc, il y a un pluralisme qu’il faut défendre dans un monde où les formes bâties, les modes de vie, tendent à s’homogénéiser.

Ce qui m’a intéressé, c’était de montrer que pour certaines sociétés, habiter, c’est se rapporter à un paysage, ce qui n’a rien à voir avec juste l’habitat en dur. 

Mais c’est aussi un lien au paysage, un lien au territoire, un lien aux autres êtres vivants, aux matériaux, aux ancêtres. Il y a donc une grande diversité de façons d’être présent au monde.”

Philippe Simay, Philosophe

Que reste t-il aux hommes ?

“Si l’on considère l’algorithmisation ou la gamification littérale de nombreux domaines de la vie humaine. Prenons par exemple l’innovation d’entreprises comme Uber qui utilisent l’accumulation de points comme dans les jeux vidéo comme moteur intrinsèque du travail. Elle change fondamentalement ce que nous pensons qu’est le travail ou comment il peut être compris comme tel. 

Vous pouvez étendre ce même type d’image algorithmique de soi à des choses telles que les relations intimes et les habitudes quotidiennes banales comme le nombre de minutes que vous passez assis ou debout. 

Lorsque vous avez toutes les informations en main, tout est gamifié. Et il ne reste plus rien que l’on puisse appeler la vie du sujet humain. 

Dans ces circonstances, je soutiens que le commandement de l’Oracle de se connaître soi-même est mal interprété. 

Connaître son taux de glycémie à intervalles réguliers ou connaître son rythme cardiaque moyen au cours d’une journée de travail crée un réel danger que cette connaissance assèche ce que nous considérons comme la tâche de la connaissance de soi.”

Julien Crockett, LARB

Une nouvelle pensée planétaire pour le XXIème siècle

“L’opposition fondamentale n’est pas entre ce qui est à moi et ce qui est à toi – c’est entre ce qui est à moi et ce qui est à toi et, ce qui est à nous.”

Robert Neurith

La troisième guerre mondiale de l’information

“Les conquérants étendaient autrefois leur territoire en s’emparant des terres, mais avec l’ère numérique, il est devenu plus efficace de s’étendre virtuellement en s’emparant des esprits.

La troisième guerre mondiale est déjà en cours, mais elle ne se joue pas pour les terres mais sur l’influence.”

Gurwinder Bhogal

L’attention braquée

“Pensez à tout ce que vous avez accompli dans votre vie, qu’il s’agisse de créer une entreprise, d’apprendre à jouer de la guitare ou d’être un bon parent. Cette chose dont vous êtes fier a nécessité une énorme quantité de concentration et d’attention soutenues. Et lorsque l’attention et la concentration s’affaiblissent – et je pense qu’il existe des preuves convaincantes qu’elles s’affaiblissent – votre capacité à atteindre vos objectifs s’affaiblit et votre capacité à résoudre vos problèmes est considérablement diminuée.

Mon livre traite de l’attention à deux niveaux. Le premier est l’attention individuelle. Toutes les choses que je viens de dire sont vraies pour l’attention individuelle. C’est également vrai pour l’attention collective : Une société qui ne peut pas prêter attention aux problèmes collectivement, qui est composée de personnes qui interagissent principalement par des mécanismes qui les mettent en colère, est une société qui ne peut pas résoudre ses crises.”

Johann Hari, Stolen Focus

Le travail post-pandémique

“Ce n’est pas que les gens ne poursuivent pas des emplois de rêve ou ne cherchent pas des emplois avec un « travail qui fait sens » insaisissable, la raison est que beaucoup trop de gens ont abandonné l’attachement au travail comme l’un des principaux objectifs de vie.

Si je devais choisir un moment où la connaissance commune de l’utilité de ce scénario a commencé à s’effondrer, ce serait probablement quelques mois après le début de la pandémie.”

Paul Millerd

Le media a-nostalgique

« Comment peut-on être nostalgique d’un media qui ne s’arrête jamais ? »

Alexandra Fiorentino-Swinton

We need to talk about NFT 

“Ce qui rend les enthousiastes si profondément peu fiables, c’est qu’ils ont des intérêts financiers significatifs dans une chose intangible, volatile qui existe entièrement en tant que support d’idée collective,  un narratif sur un résultat futur potentiel, dont la valeur est entièrement basée sur la perception du public.

Vous ne pouvez pas croire ce qu’ils affirment parce qu’ils tiennent actuellement une patate chaude,  et même s’ils insistent sur le fait qu’ils apprécient précisément vraiment, mais alors vraiment, la sensation d’une patate chaude brûlante dans leurs mains.

Le croient-ils vraiment ? Ou espèrent-ils simplement que vous allez l’attraper ?

Tout cela crée un environnement de positivité toxique où le doute  est agressivement contrôlé par les deux producteurs qui ont un intérêt financier évident dans le battage médiatique puisque leur promesse de cash-out est la ruée vers les Tokens.”

Dan Olson, The line is up

NFT et divorce du physique

“Le contingent croissant des pro-metaverse est peut-être la conclusion logique de décennies de rhétorique selon laquelle « innovation » est synonyme de « numérisation ».

Chez les jeunes de 20 ans qui peuplent la communauté NFT, les innovations les plus importantes et les plus marquantes ont eu lieu au sein des environnements numériques de plus en plus agréables de leurs téléphones et de leurs consoles de jeu. 

Pendant ce temps, le principal narratif qu’ils ont reçu sur le monde physique est qu’il les tuera probablement un jour, via le COVID-19 ou le changement climatique. Notre génération n’est peut-être pas consciemment hostile au monde physique, mais elle n’a pas non plus beaucoup d’affection pour lui.”

Ginevra Davis, Palladium

Histoire de la nature, histoire de l’homme

“Il n’y a plus d’histoire sociale séparée de l’histoire naturelle. L’histoire humaine et l’histoire de la Terre sont désormais indissociables.”

Achille Mbembe

L’ autre impact climatique

“Il y a une métaphysique, un esprit du temps enveloppé dans l’altération du climat.

La catastrophe climatique peut devenir l’unique sujet, simplement parce qu’il semble qu’elle ait déjà commencé à changer notre politique et notre culture, notre flore et notre faune, notre sens des saisons, notre enracinement dans le monde, notre sentiment de l’avenir, notre sens du local, de la communauté menacée par une migration à une échelle que nous n’avons pas encore rencontrée, de millions, de dizaines de millions fuyant les zones inhabitables de la planète. Ou alors, c’est nous qui fuirons et qui serons confrontés à l’hostilité de nos nouveaux voisins.

Il y a une métaphysique, un esprit du temps enveloppé par l’altération du climat que nous avons à peine commencé à saisir ou à exprimer. Même si toutes les émissions de CO2 et de méthane devaient cesser demain matin, il y a une inertie dans le processus et notre monde naturel et artificiel va être, a déjà commencé à être, différent. 

L’ordinaire, le quotidien est sur le point de changer du tout au tout. 

Le roman réaliste devra travailler dur s’il souhaite éviter ou nier ce qui est réel.” 

Ian McEwan

Les bullshits jobs sont aussi dans le Metaverse

“C’est toujours du travail si on y pense, du moins c’est comme ça que je le conçois. Je n’ai pas hâte de le faire, je n’aime pas ça, mais le travail est le travail.

La seule chose que j’attends avec impatience, c’est d’encaisser et c’est tout. 1 à 2 heures de ma journée pour gagner de l’argent, ça me va.”

 Am_enjellyka joueur d’Axie Infinity sur Reddit

In Game Labour

“L’In Game Labour n’est qu’un redesign du jeu conçu pour être suffisamment ennuyeux pour que les joueurs riches paient pour le sous-traiter aux joueurs pauvres.

Bien qu’il soit présenté comme l’avenir du travail par certains capitaux-risqueurs, les incitations n’ont tout simplement aucun sens. Les sols n’ont pas besoin d’être balayés dans le métaverse, sauf s’ils sont conçus pour avoir besoin d’être balayés.”

Paul Butler

Information premium et démocratie

“Les personnes éduquées et aisées seront bien servies dans l’économie émergente de l’information […]

« Nous le savons. Tout comme nous savons que les dirigeants d’empires seront bien informés. Ce que nous ne savons pas, c’est si les publics démocratiques disposeront de nouvelles et d’informations de qualité qui captent leur attention et correspondent à leur budget.”

Jay Rosen, professeur de journalisme à l’université de New York.

C’est comme ça qu’on a su que c’était sérieux

“À ce moment-là de ma vie personnelle, j’étais confrontée à la fin du monde. Le monde familier, en tout cas. Comme beaucoup d’entre nous.

Les scientifiques disaient que maintenant c’était la fin, les philosophes disaient que ça avait toujours été la fin. 

Les historiens ont dit qu’il y avait eu des âges sombres avant. Tout fini par s’arranger, parce que finalement, si vous étiez patient, l’illumination finit par arriver, avec une large gamme d’appareils Apple.

Les politiciens ont affirmé que tout irait bien. Des ajustements ont été faits. Tout comme notre ingéniosité humaine nous avait mis dans ce beau pétrin, elle allait nous en sortir proprement. Peut-être que plus de voitures passeraient à l’électricité.

C’est comme ça qu’on a su que c’était sérieux. Parce qu’il était évident qu’ils mentaient.”

– Lydia Millet. A Children’s Bible

Les nouvelles passions tristes

“Il n’y a rien qui me passionne vraiment. Vous savez, je ne meurs pas d’envie de dire ou de faire quelque chose, vraiment. Et à chaque fois que je l’admets les gens, sont genre, « Oh, mon Dieu, c’est si triste. »

Mais… Je pense que c’est le cas pour la plupart des gens. Vous savez ? Par exemple, quand je regarde ma mère ou… les enfants de mon école… leurs profils, leurs posts et leurs délires sur Tumblr… on se rend compte qu’ils sont tous dérangés aussi… et perdus.

Ils ont juste une raison de le masquer… que ce soit leur famille, leur petit ami ou leur agitation hashtaggée

Et ils cherchent juste quelque chose pour donner un sens à tout ça. »

Monologue de Rue, personnage fictif de la série Euphoria, Saison 1.