Jean-Pierre Marielle : Les amis, la vie et le metier d’acteur – Umanz

Jean-Pierre Marielle : Les amis, la vie et le metier d’acteur


Nous n’étions peut-être pas très malins, mais une formule malicieuse d’Alexandre Vialatte nous rassemblait : « La gravité est le plaisir des sots. »

ll y avait une atmosphère quasi anarchiste à mes débuts, nous étions considérés comme des marginaux, presque des voyous. Nous n’étions plus à l’’époque où les comédiens étaient excommuniés et enterrés nuitamment, mais nous demeurions suspects.

C’est maintenant un métier que l’on choisit comme on ferait n’importe quoi d’autre, parfois faute de mieux, souvent par vanité. La part de mystère s’est évaporée. Cela ne me désespère pas plus que ça : je ne doute pas que, dans cinquante ans, les jeunes acteurs du jour qui seront alors vieillards diront que de leur temps, c’était mieux; on n’en sort pas. A chaque génération, il faut bien une nostalgie.”

Jean-Pierre Marielle, extrait de “Le grand n’importe quoi”